Home Towards a subjective collective cartography
QU'EST-CE QUE C'EST?
WHAT IS THIS?
WAT IS HET?
SEARCH
CONTACT
40 more maps that
Ton Bruxelles, (...)
Mapping for Niger
Villa Morel
les 9 yeux de google
Un très beau rayon
Dans et hors la (...)
L’incroyable téléphér
Dans les plis de la
Maps of Babel
Actions
Anouncements
Architecture
Art
Atlas
Ballades urbaines
carto
catalogue
collaborative
collective
commune
Conflicts
Data model
Diagram
Economy
Exploration
Free data
G.P.S
Game
gentrification
geodemographic profiling
Graphics
Humour
idées-théories
Imagination
inspiration
journal des outils
map
Mindmap
Multi-layered
politic
Print
projets
Psychogeography
Route
Satellite
sensible
software
sound
Statistics
subjective
Surveillance
Topology
transports
transversale
tresor
typographie
October 2010
September 2010
February 2010
October 2009
August 2009
March 2009
February 2009
January 2009
December 2008
October 2008
September 2008
July 2008
June 2008
May 2008
April 2008
March 2008
February 2008
January 2008
December 2007
November 2007
October 2007
September 2007
August 2007
July 2007
June 2007
March 2007
February 2007
January 2007
December 2006
November 2006
October 2006
September 2006
August 2006

Bruxelles Social
2008-08-18 13:01:00 - by Pierre Huyghebaert

Le site Bruxelles Social offre la visualisation sur cartes de nombre d’acteurs sociaux à Bruxelles, avec une base de données très riche allant des structures d’hébergement jusqu’au agences de logements par exemple. Basé sur Urbis et développé par le CIRB, la navigation requiert -pour l’instant- l’utilisation de trois fenêtres : requête, carte et fiche détaillée.

En effet... Il me semble, on pourrait concevoir les gens comme des mains.
2008-08-13 15:54:09 - by Nicolas Malevé

... le problème d’une analyse, c’est peut-être pas du tout de faire une "psychanalyse", mais de faire par exemple, on peut concevoir autre chose, une "géo-analyse".

- Et une géo-analyse c’est précisément, ça part d’une idée suivante : c’est que les gens, que ce soient les individus ou les groupes, ils sont composés de lignes. C’est une analyse de linéaments, tracer les lignes de quelqu’un, à la lettre, faire la carte de quelqu’un. Alors là, la question même : est-ce que ça veut dire quelque chose ou pas ? Évidemment elle perd tout sens. Une ligne, ça veut rien dire. Simplement faire la carte avec "les espèces de lignes de quelqu’un" ou d’un groupe, d’un individu, à savoir qu’est-ce que c’est que toutes ces lignes qui se mélangent. En effet... Il me semble, on pourrait concevoir les gens comme des "mains". Chacun de nous c’est comme une main ou plusieurs mains. On a des lignes, alors ces lignes ne disent pas l’avenir parce qu’elles préexistent pas, mais il y a des lignes, bon, de toutes sortes de natures, et entre autres il y a des lignes qu’on peut appeler de bordures, de pentes ou de fuites.

- Et d’une certaine manière vivre, c’est vivre sur - en tout cas aussi - c’est vivre sur ces lignes de fuite. Alors c’est ça que j’ai essayé d’expliquer, mais chaque type de lignes a ses dangers. C’est pour ça que, c’est pour ça que c’est bien, c’est pour ça que c’est très bien, on peut jamais dire - c’est là que je me sauverai - le salut ou le désespoir, vient toujours d’une autre ligne que celle qu’on attendait. On est toujours pris par surprise. ...

Extrait des cours de Gilles Deleuze donnés à l’Université de Paris 8. A lire et écouter ici.